Image du site Technonews (lien : cliquer sur image)
Image du site Technonews (lien : cliquer sur image)

Yamanote & Meguro 目黒

Moment de solitude et d'angoisse...

Samedi 14 novembre

Ca y est ! C'est aujourd'hui que je dois me lancer seule dans l'aventure. Me rendre au Meguro Tavern rejoindre ma fille qui a pris son boulot en milieu d'après-midi.

J'ai du temps devant moi. 

J'en profite pour faire un peu de rangement, passer un petit coup de "balai magique" et sa lingette humide, puis je prends un bon bain avant d'aller faire un tour au combini où j'achète quelques bricoles, et de quoi faire plusieurs petits déjeuners... Ensuite, je me rends au shōtengai, et au ¥100 shop de Nakano et achète des chaussettes, des bols pour la soupe miso, des boîtes à thé, un couteau de cuisine, des baguettes, et d'autres babioles, tout un inventaire à la Prévert, que je ramènerai en France... 

Vient l'heure de partir. Je dois rejoindre ma fille à 19 heures !

 

Dire que j'ai le trac est en-dessous de la réalité ! Mon ventre est noué.

 

Me voici devant les automates multi-cartes de la gare d'Araiyakushi-Mae car ma carte Pasmo est presque vide. Je dois donc la recharger.

C'est ma première épreuve !

Ma fille m'a déjà montré comment faire, et j'ai même accompli cette opération sous son œil vigilant. Et pourtant je me sens démunie devant cette machine.

J'attends d'être seule, afin de ne pas créer un "embouteillage" avec mes hésitations, devant l'appareil, car les gens ont un train à prendre ! Et je ne veux pas avoir l'air ridicule non plus.

Je m'approche.... Respire un grand coup.

Je sais qu'en tout premier je dois passer de l'écran tout en japonais à l'écran langue anglaise.

Pas de problème : je sais que c'est un bouton en haut à droite avec écrit dessus English. Je le trouve sans difficulté.

 

C'est à ce moment-là, que je réalise que ce que j'avais très bien exécuté en écoutant les indications de ma fille s'avère, une fois seule, plus complexe. Le stress monte d'un cran. Ce qui a pour conséquence d'embrouiller ma vision. Mes mains deviennent moites... Et mon cœur s'affole. Je me sens stupide.

Il est vrai que, déjà, en France, les distributeurs automatiques, d'argent, de billets ou d'essence me mettent mal à l'aise et il m'arrive encore aujourd'hui de perdre quelque peu mes moyens devant ces machines... Alors là !... Devant cette "borne" imposante, cet écran, ces boutons, petits claviers, fentes, indications diverses...

Je tente de me souvenir de l'ordre des gestes à effectuer. 

Je repère le bouton "PASMO" et appuie dessus. Puis j'insère ma carte dans une fente, ainsi que mon billet de ¥1000, mais lorsque je veux choisir le montant de ma recharge, la machine éructe un vilain bruit, un "BLAAAAHHH" dégoûté, et rejette mon billet. Et ma carte.

Entre temps un jeune japonais, s'est mis, comme il se doit, à la queue derrière moi.

Voilà : c'est tout ce que je ne voulais pas. Me trouver misérablement dérisoire et perdue devant une satanée machine qui me fait perdre mon calme et mon latin.

 

Je reprends vite fait, et le plus dignement possible, mon billet et ma carte et lui fais signe de passer. Il est conscient de ce qui m'arrive et tente de m'aider mais semble aussi paniqué que moi !

Finalement, il achète un ticket pour lui et avec une courbette, ne demande pas son reste.

C'est mieux ainsi.

Me voici de nouveau seule.

je prends le temps cette fois de mieux lire l'écran et observer la machine elle-même. Inutile de m'affoler.

Je réalise que je m'étais trompée bêtement de fente dans ma précipitation à vouloir bien faire... C'est idiot.

Je recommence donc, dans l'ordre et calmement...

  1. Changer l'écran et le mettre en anglais
  2. Insérer la carte Pasmo dans la bonne fente (notée soit IC card, soit Suica soit Pasmo, soit un dessin)
  3. Choisir le bouton PASMO
  4. Choisir le bouton CHARGE
  5. Choisir le montant dans la liste proposée
  6. Insérer le billet correspondant au montant choisi
  7. Et attendre que l'appareil signale que la carte est bien rechargée avant de la retirer.
  8. Ne pas oublier de retirer le reçu si on l'a demandé.

Logique. Rien de sorcier, une fois qu'on a effectué cette opération deux ou trois fois.

Je peux me diriger maintenant vers le portillon automatique et présenter d'un air désinvolte ma carte PASMO dûment rechargée.

Images d'internet

Image du blog Japankuru (lien : cliquer sur la photo)
Image du blog Japankuru (lien : cliquer sur la photo)

Incident à Takadanobaba !

Je me sens désormais légère et plus sûre de moi.

Je prends tranquillement mon petit train local et arrive ainsi dans le brouhaha de la gare de Takadanobaba. Là, je m'engouffre dans les couloirs, et escaliers pour rejoindre le quai de la Yamanote.

Parfait. Je vérifie que c'est bien la bonne voie et la bonne direction.

 

Un train arrive, petit jingle de gare (thème Astro Boy), un flot de passagers en descend, tandis que ceux qui vont y monter attendent, en faisant la queue et sans boucher la porte, que tout le monde soit descendu avant d'entrer dans la voiture. Le tout dans le calme, sans précipitation... Normal au Japon.

 

Mais c'était un peu trop beau...

Nous voici tous installés et curieusement le train de démarre pas !

 

Le haut parleur se met tout d'un coup à déverser des flots de paroles, tout en japonais... auxquelles bien sûr je ne comprends rien. Personne ne semble manifester le moindre agacement. Une autre rame arrive sur la voie d'en face, toujours la Yamanote, et celle-ci est aussi mise à l'arrêt. Et ce satané haut-parleur qui continue de plus belle sur un ton monocorde.

Que se passe-t-il ? Je n'en sais rien, mais je vais devoir avertir ma fille que je vais avoir du retard et que ce n'est pas de mon fait ! Non, je ne suis pas perdue, oui j'ai rechargé ma Pasmo, oui j'ai pris le bon train... et dans le bon sens même !

 

Le téléphone prêté par Edith la collègue de travail de ma fille va m'être utile. Seulement voilà, je ne me suis jamais servie d'un tel "engin"... ! En France je n'en ai pas.

Au Japon, on ne téléphone pas dans les transports en commun. Des textos, oui mais des coups de fil, non. Et pas de sonnerie ou de signal sonore perturbants. Le téléphone s'utilise beaucoup mais en mode discret.

Des passagers descendent sur le quai. Moi, je n'ose pas bouger... Tant pis, je reste donc assise à ma place, ouvre le clapet du téléphone, coréen donc, et le plus discrètement possible, cherche comment l'allumer, y parvient, tape le numéro du portable de ma fille qu'elle a eu la prudence de me donner et à tout hasard presse le bouton représentant un combiné... et ça marche !

J'ai ma fille au bout du fil et lui explique - à voix base - et brièvement la situation !

Elle n'en revient pas : la Yamanote est la régularité même, comme tous les trains au Japon d'ailleurs, et n'a jamais de retard, ça ne s 'est jamais vu !

Sauf... si quelqu'un a eu la malencontreuse idée de tomber sur les voies ou de se jeter sous un train.... Cela doit être le cas !

 

Nous attendrons environ un quart d'heure et puis les deux rames se mettent ensemble en mouvement... Direction Meguro.

 

J'arrive à la nuit. Il est plus de 20 heures !

Tout le staff et même les "habitués" sont au courant de ma mésaventure. Pour la première fois où je me déplaçais seule !

J'ai mon petit moment de gloire...

Pose photo avec ma fille, Hisa le bar manager et Satomi une drôle de japonaise, une habituée du Meguro Tavern où elle vient boire, chaque soir, quelques cocktails, entre la fin de sa journée de boulot (elle travaille dans une pâtisserie de luxe), et son grand appartement, où l’attendent chiens, chats, mais aussi un perroquet, un singe et un... cochon ! 

Et elle m'a pris ce soir-là sous sa coupe et ne me lâche plus ! Elle baragouine une sorte d'anglais bizarre, mais nous arrivons à échanger quelques mots.

 

Tout cela est bien gentil mais j'ai une petite faim moi !

Je me commande un salade au poulet et épices avec une demi-pinte de bière (stout !)

 

La soirée se termine dans la joie et la bonne humeur. Une légère euphorie même je dois dire... Mais je suis bien fatiguée !

Documents à télécharger

Télécharger
Guide to using a PASMO CARD
guide Pasmo.pdf
Document Adobe Acrobat 4.7 MB

Écrire commentaire

Commentaires : 0